jeudi, mars 30, 2006





Le port du Vorlen dans la baie des Trépassés, un jour de novembre 2005. De grosses averses de pluie et de grêle mêlées venues du large se déversaient sans cesse sur la contrée. Indécis, je suis resté un long moment à l'abri dans ma bagnole. Profitant d'une éclaircie, j'ai gravi la colline qui domine le port minuscule. Au-dessus de l’océan, les nuages prenaient des formes sauvages et des teintes contrastées qui mettaient en relief la rudesse de la pointe du Raz. Plus tard en redescendant vers le parking j'ai remarqué une espèce de large tourbillon entre les bouées du port. Soudain deux dauphins ont jailli ensemble hors de l'eau. Stupéfaction! J’ai dévalé le sentier caillouteux pour les voir de plus près, mais quand je suis arrivé sur la cale ils avaient disparus. Alors que j'allais m'en aller, déçu de les avoir manqués, ils réapparurent au fond de l'anse. Je restai pendant plus d'une heure à les observer. Parfois, à une vingtaine de mètres de la cale, ils se tenaient quasi immobiles auprès d'une bouée, toujours la même, se mettant de temps à autre sur le dos comme s'ils faisaient un petit sieston en s’échangeant des câlins du museau. Et puis tout à coup, sans autre raison apparente que celle de leur fantaisie, l’aileron fendant la houle mourante, ils filaient au ras de la surface, sautaient en l'air, se poursuivaient, se taquinaient en poussant des petits cris avant de plonger et de disparaître dans l'eau grise.

Aucun commentaire: